Identification Abonnement
Taxe sur les sodas : l’expérience américaine
  • Even se renforce dans la distribution alimentaire

    Le groupe laitier Even basé à Ploudaniel (29) a annoncé, lundi 27, la reprise de la société Charles Martin (Plan d’Orgon, 13), spécialisée dans la distribution de produits surgelés et de crèmes glacées. Forte d’une chiffre d’affaires de 30 millions d’euros avec 110 salariés, elle écoule ses produits à partir de deux bases frigorifiques auprès d’une clientèle de 4 000 clients professionnels des métiers de bouche de la Drôme, du Vaucluse, des (...)
  • Poult se rapproche du néerlandais Banketgroep

    Avec le soutien financier de Qualium Investissement, le groupe Poult va se rapprocher du groupe néerlandais Banketgroep. Basé à Tilburg, aux Pays-Bas, ce dernier est présenté comme leader européen de la gaufre fine caramel et de la gaufre bruxelloise, avec 50% de parts de marché. Il emploie 400 personnes sur six sites de production et réalise un chiffre d’affaires de 120 millions d’euros, dont 46% au Pays-Bas et 54% dans le reste de l’Europe. Pour rappel, Poult est le (...)
  • Triskalia va augmenter le niveau de ses investissements

    Les fortes turbulences vécues par les 18 000 adhérents de Triskalia se sont traduites par un léger fléchissement de son chiffre d’affaires à 2,037 milliards d’euros (2,096 milliards en 2014) et de son résultat net (22,4 millions contre 23,9 millions). Pour autant, ses capacités d’autofinancement sont restées intactes (44,5 millions d’euros dans l’année), portant ses fonds propres à 310 millions d’euros. Présent dans l’ensemble des productions (...)
  • Sanders Ouest acquiert Nutripalm auprès d’Euralis

    Au 1er septembre, la société Sanders Ouest sera propriétaire de l’usine de fabrication d’aliments pour canards (75 000 tonnes produites) du groupe coopératif Euralis à Boussay, en Loire-Atlantique. Sanders, filiale du groupe Avril spécialisée en nutrition animale, annonce dans un communiqué l’accord portant sur la cession de la société Nutripalm, dont l’unique site de production est à Boussay. Contactés, ses services n’en révèlent pas le montant. (...)
 

France & Union Européenne

Mardi 28 juin 2016

Cages de lapin : CIWF remet une pétition

CIWF France a remis hier au cabinet du ministre de l’agriculture une pétition de plus de 600 000 signatures dont 145 934 signatures françaises demandant la fin des élevages de lapins en cage. Cette pétition a déjà été remise en mai (...)

Mardi 28 juin 2016

Crise agricole : de nouvelles mesures de l’UE attendues en juillet

La Commission européenne a promis lundi de proposer en juillet un nouveau paquet de mesures pour faire face à la crise agricole qui touche les secteurs du lait, de la viande porcine et des fruits et légumes, a annoncé le ministre néerlandais de (...)

Mardi 28 juin 2016

Fleury Michon mène une opération de transparence sur la charcuterie

Fleury Michon renouvelle auprès des consommateurs son opération de transparence en ouvrant deux de ses usines vendéennes de charcuterie à la visite l’été prochain, après les avoir incités à venir vérifier le contenu et l’origine (...)

Mardi 28 juin 2016

Chimie verte : Avril et Biopolymer Technologies créent Evertree

Le groupe Avril, le fonds d’investissement SPI « Société de projets industriels », opéré par Bpifrance, et la start-up Biopolymer Technologiess créent Evertree, joint-venture dédiée au développement, à la fabrication et la (...)

International

Mardi 28 juin 2016

Nestlé va remanier son état-major

Nestlé a annoncé lundi un grand remaniement de son état-major avec le départ fin  décembre de Paul Bulcke, qui dirigeait le groupe depuis plus de huit ans, pour confier les rênes à l’allemand Ulf Mark Schneider, l’actuel (...)

Mardi 28 juin 2016

Washington veut conclure le TTIP d’ici fin 2016

Les Etats-Unis ont réaffirmé lundi leur souhait de conclure d’ici à la fin de l’année les négociations avec l’UE sur l’accord de libre-échange dit TTIP ou Tafta, malgré le Brexit et l’opposition croissante de la (...)


Jeudi 19 janvier 2012

Taxe sur les sodas : l’expérience américaine


David Vidal, du cabinet Simon-Kucher & Partners, livre son expérience sur les conséquences de la mise en application de la « sin tax » aux États-Unis, dont la taxe française sur les sodas est ins-pirée. Selon lui, l’impact sur la consommation devrait être non négligeable.


Et si la taxation des sodas n’avait pas l’impact attendu par le gouvernement sur les finances publiques et la consommation ? David Vidal, directeur au sein du cabinet Simon-Kucher & Partners (SKP, spécialiste de la stratégie du prix), responsable de la restauration et de la distribution alimentaire, a passé trois ans aux États-Unis et témoigne de l’impact de la taxe sur les sodas mise en place par l’administration Obama en 2009 (la « sin tax », encore appelée « taxe du péché »). « Proposée comme mesure de financement de la sécurité sociale, la taxe sodas a été adoptée par 30 États américains sur 51. Elle a eu pour conséquence d’augmenter le prix moyen des sodas de 8 % dans les chaînes de restauration et les quantités commandées ont reculé de 11 % », souligne-t-il. Selon lui, l’élasticité au prix de la demande de sodas existe bel et bien, contrairement à l’hypothèse sur laquelle le gouvernement français s’est fondé pour estimer les retombées financières de sa taxe à 280 millions d’euros. Et ce, d’autant plus que le soda coûte 50 à 100 % plus cher en France qu’aux États-Unis, pour une consommation cinq fois moindre (40 litres par personne en moyenne contre 200 litres aux États-Unis).

Arbitrage vers d’autres catégories

Selon une étude réalisée par SKP en novembre, un tiers des Français interrogés estiment que la taxe sera répercutée sur les prix des sodas et que cela aura un effet sur leur consommation. La sensibilité au prix serait d’autant plus importante sur les grands formats, pour lesquels les ménages ont une bonne connaissance des prix. En conséquence, « un arbitrage des consommateurs vers d’autres catégories de produit risque de se poser », estime David Vidal. Et il se pourrait bien, selon des études réalisées aux États-Unis, que le report de consommation puisse se faire vers des produits sucrés ou salés (type chips). Outre-Atlantique, on a également pu constater dans les restaurants un arbitrage en faveur de la consommation de bière. Pas sûr que les objectifs financiers et de santé publique de la taxe sodas ne soient donc à la hauteur des ambitions du gouvernement.
N. M.

Taxes : les restaurateurs français dans l’attente

Après la taxe sur les sodas et les alcools, les restaurateurs ont vu la TVA remonter de 5,5 % à 7 % et désormais le gouvernement évoque l’idée d’une TVA sociale. Résultat : selon le cabinet SKP, nombre de restaurateurs sont aujourd’hui dans une forme d’attentisme. « Ils sont un peu perdus sur la façon de définir leurs prix », confie David Vidal, d’autant plus que ces nouvelles taxes « s’appliquent dans un contexte de hausses des matières premières significatives », poursuit-il, pointant notamment du doigt les hausses de prix de la viande, du sucre, des fruits, etc... Les opérateurs devraient pratiquer des arbitrages de prix selon les catégories, mais « il y a un vrai risque sur l’équation économique », prévient David Vidal, alors que certaines chaînes de restauration sont confrontées à des « niveaux d’occupation pas très bons ».



Imprimer cet articleEnvoyer à un ami



Tendances du jour

L’accès aux tendances
est réservé aux abonnés.