Identification Abonnement
Taxe sur les sodas : l’expérience américaine
  • L’expérimentation nutritionnelle portera sur 4 rayons

    L’expérimentation en conditions réelles d’achat des logos nutritionnels, qui doit débuter en septembre, se précise. 60 magasins sous enseigne Auchan, Carrefour ou Casino, ont été retenus, dans quatre grandes régions françaises : Hauts-de-France, Normandie, grande couronne parisienne et région lyonnaise. Chaque système (Nutri-Score, Sens, Nutri-repère et Nutri-couleurs) sera testé dans 10 points de vente. S’ajouteront 20 magasins témoins, qui n’apposeront (...)
  • La croissance du bio pourrait ralentir mais rester soutenue

    Les ventes de produits biologiques devraient augmenter de 15 % en 2016, selon les prévisions des experts de Xerfi, dans leur étude « la distribution de produits alimentaires bio – offensives des spécialistes, riposte des GSA, succès des circuits émergents : quelles perspectives pour le marché et le jeu concurrentiel d’ici 2020 ? », parue aujourd’hui. Après une croissance du marché des produits biologiques alimentaires de 14,7 % en 2015, Xerfi affirme que (...)
  • Mericq se renforce dans les crustacés avec Béganton

    Le groupe Mericq, spécialisé dans l’approvisionnement, la transformation et la distribution des produits de la mer, a racheté le 1er juillet la société Béganton, présentée comme le leader français des crustacés. Le montant de la transaction n’est pas communiqué. « Avec ce rachat, Mericq qui a connu une forte croissance depuis sa création il y a plus de 50 ans, conforte sa position d’acteur national majeur des produits de la mer », indique le groupe, dans (...)
  • Loi Sapin 2 : la Fnil alerte sur une sur-réglementation française

    La Fédération nationale de l’industrie laitière (Fnil) a exprimé ce matin ses réserves quant à la loi Sapin 2, examinée prochainement en commission mixte paritaire. Trois points interpellent les industriels : l’étiquetage de l’origine du lait et des ingrédients laitiers, la mention obligatoire du prix du lait prévisionnel dans les contrats de vente des produits laitiers et le fait de tenir compte des coûts de production du lait dans la détermination du prix payé (...)
 

France & Union Européenne

Vendredi 22 juillet 2016

Les choix stratégiques de la Cooperl critiqués

Dans un courrier adressé aux adhérents du groupe coopératif Cooperl le 20 juillet dernier, certains éleveurs adhérents critiquent vivement les choix stratégiques du directeur de la coopérative de Lamballe, Emmanuel Commault, et demandent sa (...)

Vendredi 22 juillet 2016

Agrial acquiert le concept « Les Toqués du Fruit »

Le groupe Agrial annonce l’acquisition du concept « Les Toqués du Fruit », via sa filiale Florette. « Les Toqués du Fruit » commercialise une gamme de préparations qualitatives (purées, coulis, …) vendues au (...)

Vendredi 22 juillet 2016

Les ventes de Fleury Michon reculent en GMS

Au premier semestre 2016, Fleury Michon a vu son chiffre d’affaires légèrement reculer de 0,7% à 372 millions d’euros, a annoncé le groupe dans un communiqué. Ce repli s'explique par la mauvaise performance du pôle GMS (grandes et (...)

Vendredi 22 juillet 2016

La FGA-CFDT dénonce les dérives du label social

La FGA-CFDT dénonce les dérives du label social donné aux entreprises prestataires de service de travail à façon des viandes et demande une « mesure suspensive des obtentions en cours et à venir du label social ». Le syndicat (...)

International

Vendredi 22 juillet 2016

Lindt & Sprüngli signe un bon premier semestre

Le suisse Lindt & Sprüngli a publié un bénéfice en hausse de 11,1% à 72,2 millions de francs suisses (65,8 M Eur), pour le premier semestre 2016. Ses ventes se sont étoffées de 6,6% à 1,5 milliard de francs suisses. En Europe, son chiffre (...)

Jeudi 21 juillet 2016

L’Angola augmente sa production agricole

Le 12 juillet dernier, le ministre angolais de l’agriculture, Afonso Pedro Canga, a annoncé que le taux d’insécurité alimentaire avait diminué de -14% dans le pays en 2015, selon Business France Export. En 2015, l’Angola a (...)


Jeudi 19 janvier 2012

Taxe sur les sodas : l’expérience américaine


David Vidal, du cabinet Simon-Kucher & Partners, livre son expérience sur les conséquences de la mise en application de la « sin tax » aux États-Unis, dont la taxe française sur les sodas est ins-pirée. Selon lui, l’impact sur la consommation devrait être non négligeable.


Et si la taxation des sodas n’avait pas l’impact attendu par le gouvernement sur les finances publiques et la consommation ? David Vidal, directeur au sein du cabinet Simon-Kucher & Partners (SKP, spécialiste de la stratégie du prix), responsable de la restauration et de la distribution alimentaire, a passé trois ans aux États-Unis et témoigne de l’impact de la taxe sur les sodas mise en place par l’administration Obama en 2009 (la « sin tax », encore appelée « taxe du péché »). « Proposée comme mesure de financement de la sécurité sociale, la taxe sodas a été adoptée par 30 États américains sur 51. Elle a eu pour conséquence d’augmenter le prix moyen des sodas de 8 % dans les chaînes de restauration et les quantités commandées ont reculé de 11 % », souligne-t-il. Selon lui, l’élasticité au prix de la demande de sodas existe bel et bien, contrairement à l’hypothèse sur laquelle le gouvernement français s’est fondé pour estimer les retombées financières de sa taxe à 280 millions d’euros. Et ce, d’autant plus que le soda coûte 50 à 100 % plus cher en France qu’aux États-Unis, pour une consommation cinq fois moindre (40 litres par personne en moyenne contre 200 litres aux États-Unis).

Arbitrage vers d’autres catégories

Selon une étude réalisée par SKP en novembre, un tiers des Français interrogés estiment que la taxe sera répercutée sur les prix des sodas et que cela aura un effet sur leur consommation. La sensibilité au prix serait d’autant plus importante sur les grands formats, pour lesquels les ménages ont une bonne connaissance des prix. En conséquence, « un arbitrage des consommateurs vers d’autres catégories de produit risque de se poser », estime David Vidal. Et il se pourrait bien, selon des études réalisées aux États-Unis, que le report de consommation puisse se faire vers des produits sucrés ou salés (type chips). Outre-Atlantique, on a également pu constater dans les restaurants un arbitrage en faveur de la consommation de bière. Pas sûr que les objectifs financiers et de santé publique de la taxe sodas ne soient donc à la hauteur des ambitions du gouvernement.
N. M.

Taxes : les restaurateurs français dans l’attente

Après la taxe sur les sodas et les alcools, les restaurateurs ont vu la TVA remonter de 5,5 % à 7 % et désormais le gouvernement évoque l’idée d’une TVA sociale. Résultat : selon le cabinet SKP, nombre de restaurateurs sont aujourd’hui dans une forme d’attentisme. « Ils sont un peu perdus sur la façon de définir leurs prix », confie David Vidal, d’autant plus que ces nouvelles taxes « s’appliquent dans un contexte de hausses des matières premières significatives », poursuit-il, pointant notamment du doigt les hausses de prix de la viande, du sucre, des fruits, etc... Les opérateurs devraient pratiquer des arbitrages de prix selon les catégories, mais « il y a un vrai risque sur l’équation économique », prévient David Vidal, alors que certaines chaînes de restauration sont confrontées à des « niveaux d’occupation pas très bons ».



Imprimer cet articleEnvoyer à un ami



Tendances du jour

L’accès aux tendances
est réservé aux abonnés.