Les chocolats Réauté affichent des ambitions nationales
  • F&L : la France profitera peu du programme de retrait

    La Commission européenne a adopté hier un programme de retrait d’un budget maximal de 165 millions d’euros afin d’assainir le marché des fruits et légumes périssables suite à l’embargo russe. Il s’agit d’aider à la distribution gratuite au compostage ou à l’abandon de culture de 4 groupes de produits. La Commission évalue le besoin à 181 000 t de pommes et poires, 96 000 t d’agrumes, 44 300 t d’autres légumes (carottes, concombres,...
  • Conclusion formelle de l’accord de libre-échange Canada-UE

    Le Canada et l’Union européenne ont formellement conclu vendredi un accord de libre-échange. Le texte, qui fait environ 1 600 pages, a été publié vendredi en français et en anglais, donnant le coup d’envoi de son processus de ratification, malgré les réserves exprimées par certains des 28 membres de l’UE. Fruit de près de cinq ans de négociations, l’accord prévoit la suppression de la quasi-totalité des droits sur les produits agricole et...
  • Gad : SVA Jean Rozé dépose son offre de reprise

    SVA Jean Rozé, filiale du groupement des Mousquetaires, a déposé hier son offre de reprise du site d’abattage et de découpe de Josselin (56) auprès du Tribunal de Commerce de Rennes. « A ma connaissance nous sommes les seuls à avoir déposé une offre », confie Dominique Langlois, président de SVA Jean Rozé. Deux audiences sont prévues au tribunal le 13 puis le 16 ou 17 octobre pour examiner l’offre, qui comprend les actifs corporels et incorporels de...
  • InVivo prévoit de doubler son chiffre d’affaires en dix ans

    Le directeur général d’InVivo Thierry Blandinières a présenté mardi en petit comité son « projet stratégique à l’horizon 2025 ». Il ambitionne le doublement en dix ans du chiffre d’affaires de l’union coopérative. Il prévoit à l’horizon 2025, un Ebitda de 300 Me et un résultat net de 100 Me, a-t-il précisé. Pour augmenter sa capacité à financer ses investissements et sa croissance, InVivo adopte un « nouveau modèle économique...
 

France & Union Européenne

Mardi 30 septembre 2014

Vers un label PME entrepreneurs + engagés

A  l’occasion de la remise des Grés d’Or, qui récompensent les meilleurs partenariats entre PME et distributeurs, la fédération des entreprises et entrepreneurs de France (Feef) lancera ce soir le nouveau label PME «...

Mardi 30 septembre 2014

Tilly-Sabco placé en liquidation avec poursuite d’activité de 2 mois

L’abattoir de volailles breton Tilly-Sabco, qui emploie 326 personnes à Guerlesquin, a été placé ce mardi en liquidation judiciaire avec poursuite d’activité de deux mois par le tribunal de commerce de Brest. Le tribunal autorise...

Mardi 30 septembre 2014

250 à 300 suppressions de postes prévues chez Gad

La SVA Jean-Rozé, filiale du groupe Intermarché, qui a déposé le 25 septembre son offre pour reprendre l’abattoir de porcs Gad à Josselin (Morbihan), prévoit d’y supprimer 248 postes sur un total de 755, a annoncé lundi la...

Mardi 30 septembre 2014

Le volailler Duc renforce son capital

Duc annonce qu’il repousse sa publication des résultats semestriels afin de soumettre aux commissaires aux comptes les opérations réalisées au premier semestre. La société a en effet effectué des opérations juridiques et financières...

International

Mardi 30 septembre 2014

Kraft injecte 100 M$ dans son usine de Springfield

Kraft Foods va investir 100 millions de dollars dans la modernisation et l’extension de son site fromager de Springfield dans le Missouri, aux Etats-Unis, souligne Ubifrance citant Dairy Business. Une nouvelle ligne de production va être...

Mardi 30 septembre 2014

Walmart investit dans une usine avicole au Costa Rica

Le distributeur américain Walmart investit plus de 3 millions de dollars dans une usine de transformation avicole au Costa Rica, afin de garantir la qualité et la disponibilité des produits dans ses supermarchés locaux, rapporte Meatingplace....


Jeudi 09 septembre 2010

Les chocolats Réauté affichent des ambitions nationales


Après avoir développé son modèle de libre-service dans le Grand Ouest, le chocolatier de Château-Gontier bâtit un réseau national de magasins. Un nouveau site de production et de stockage en Mayenne accompagne cette expansion commerciale.


En juillet 2010, la chocolaterie mayennaise Roland Réauté investit un bâtiment de 17 000 m² à Azé pour répondre en production aux besoins de ses quinze magasins. Régulièrement présent dans les murs de l’entreprise familiale qu’il a créée, Roland Réauté peut savourer le chemin parcouru depuis la boulangerie-pâtisserie ouverte en 1954 avec son épouse Madeleine à Château-Gontier. Le chocolat n’y est alors qu’un produit saisonnier pour les fêtes de Pâques et de Noël. La première étape du changement d’échelle est le rachat en 1975 de la recette des croquettes anisées. Ce biscuit sec, réputé pour ses valeurs digestives, avait été inventé par les sœurs hospitalières de Château-Gontier en 1882. Il s’agit alors surtout pour Roland Réauté de faire perdurer une part d’histoire locale, mais le côté fin et atypique du biscuit va séduire des épiceries fines prestigieuses et leurs clients. À la demande des Hédiard, Fauchon, Ducs de Gascogne et autres Tour d’Argent, le pâtissier va enrober ses croquettes de chocolat. Sur sa lancée, il crée une gamme et très vite met au point deux de ses spécialités phares, les Mayottes au praliné amandes et noisettes et les Carats à la crème de caramel. Parallèlement la société se structure, avec l’arrivée en 1989 aux côtés de Roland de ses enfants Brigitte et Jacques et, la même année, la création à Bierné d’un atelier relais.

Du magasin d’usine à la franchise

En 1998, la production se déplace à Saint-Fort, aux portes de Château-Gontier. Par la volonté de Brigitte Réauté, un magasin d’usine ouvre ses portes pour Pâques. En quelques jours il est dévalisé. Le modèle retenu pour aller au plus simple – libre-service, sachets de 100 g vendus au prix distributeur – va au fil des années devenir un concept au succès croissant. Dès 1999, le magasin de Château-Gontier grandit de 100 à 230 m². En 2002, Réauté crée son premier magasin hors production, à Angers, sur 350 m². Avec 2 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel – soit un cinquième du chiffre d’affaires global de Réauté* – celui-ci fait partie des points de vente moteurs de l’enseigne, les plus petits tournant autour de 850 000 euros. Après avoir validé son modèle encore plus loin de ses bases, à Vannes et à Pornic, le chocolatier fait en 2008 le choix stratégique du développement en franchise pour garder un temps d’avance sur la concurrence. « Nous avions un concept unique entre les mains, à mi-chemin entre l’artisan chocolatier de centre-ville pour la qualité des matières premières, avec des fournisseurs identiques, et la grande surface, pour le mode de distribution », explique Charlène Lechat, responsable de la communication. Le positionnement prix de Réauté, de 25 à 40 euros le kilo, est également intermédiaire. « L’ensachage automatique en sachets de 100 g permet de faire du volume », précise Charlène Lechat. La vente directe, le libre-service assisté (un magasin peut tourner à partir de deux personnes) et la réduction des marges en privilégiant le volume, expliquent aussi ces prix raisonnables.
Le premier magasin en franchise a ouvert ses portes à La Rochelle en octobre 2008. Depuis, neuf points de vente ont suivi, dont un à Plaisir, le premier en région parisienne. Cinq ouvertures sont programmées pour les mois prochains, à Clermont-Ferrand, Saint-Nazaire, Rouen, Reims et Limoges. Une douzaine de contrats sont signés, reste à trouver des locaux de 250 à 350 m², en périphérie et sur des zones de chalandise de 50 000 habitants. Après avoir mûri son concept dans le Grand Ouest, Roland Réauté affiche clairement sa volonté d’être national et vise les cinquante magasins à moyen terme.

Outil modernisé, recettes inchangées

Côté production, malgré une extension de 1 000 m² en 2005, le site de Saint-Fort arrive à saturation. La chocolaterie Réauté, qui avait dans les cartons un projet de construction, a saisi l’opportunité du rachat des 17 000 m² laissés libres par la société Thermo Fisher à Azé. Une nouvelle ligne de production a été installée à côté de celles qui ont été déménagées, une seconde devrait suivre en 2011. Mais les chocolats Réauté garderont leurs caractéristiques. « La volonté constante dans l’élaboration de la nouvelle unité de production a été d’adapter les machines à nos recettes et non le contraire », témoigne Charlène Lechat. La partie artisanale de la production restera à Saint-Fort, tout comme les bureaux, le magasin d’usine et le petit musée dédié au chocolat, qui accueille des visiteurs depuis 2005.
La gamme Réauté compte une soixantaine de références 100 % pur beurre de cacao, déclinées en lait, noir et blanc. « Nos chocolats ne sont pas spécialement beaux, mais faits avec des matières premières de bonne qualité, c’est notre spécificité », indique la responsable communication. Un peu en stand-by ces derniers temps du fait du développement de l’outil de production et du réseau de magasins, l’innovation produits devrait être prochainement réactivée sous la houlette de Françoise Réauté, responsable R & D et créatrice de la famille. Sa sœur Brigitte pilote le pôle marketing et commercial, tandis que Jacques dirige le développement industriel. Les effectifs ont augmenté avec l’extension du réseau pour atteindre la cinquantaine de salariés hors magasins et la vingtaine dans les succursales. À Noël et à Pâques, près de cent personnes travaillent dans l’atelier. « Le chocolat reste saisonnier, mais avec notre développement on se dit pour rire que c’est Noël tous les jours chez nous », s’amuse Charlène Lechat. Alors, le chocolat, vrai remède anti-crise ? « Si l’on n’a pas noté de baisse de consommation, on constate qu’en dehors des évènements familiaux et festifs, les consommateurs font plus attention à leur budget », nuance la responsable.

* Le CA atteint 10 millions d’euros selon nos informations, l’entreprise n’ayant pas souhaité communiquer à ce sujet.
Thierry Goussin

Des magasins au « concept maison »

Des étagères collées au mur et des cartons centraux empilés en pyramide : le magasin d’usine du chocolatier Roland Réauté à Saint-Fort se voulait simple et pratique. Douze ans plus tard, les nouveaux points de vente, ouverts la plupart en franchise, ont gardé les principes fondateurs du libre-service, de la dégustation des spécialités et des deux univers distincts. Les idées cadeaux sont regroupées au centre sur les fameuses pyramides. En périphérie, des meubles en bois accueillent cinq types de produits : les chocolats et biscuits maison, et de la petite épicerie, de la confiserie et des dragées, pour lesquels Réauté est revendeur. Ces cinq familles sont identifiées par un code couleur, déclinaison du logo. Outre des PLV modernisées et colorées, les nouveaux magasins reprennent les couleurs de la marque avec un sol marron et des murs orange. Le nouveau concept du « Grand magasin totalement chocolat », développé en interne à partir des expériences accumulées, sera adopté par les magasins les plus anciens sur 2010-2011.


Imprimer cet articleEnvoyer à un ami



Cours & Cotations
Pour obtenir les cours du jour, cliquez ci-dessous.
Mes favoris Toutes les cotations
Tendances du jour

L’accès aux tendances
est réservé aux abonnés.