Identification Abonnement
Le beaufort capitalise sur le tourisme montagnard
  • Triskalia va augmenter le niveau de ses investissements

    Les fortes turbulences vécues par les 18 000 adhérents de Triskalia se sont traduites par un léger fléchissement de son chiffre d’affaires à 2,037 milliards d’euros (2,096 milliards en 2014) et de son résultat net (22,4 millions contre 23,9 millions). Pour autant, ses capacités d’autofinancement sont restées intactes (44,5 millions d’euros dans l’année), portant ses fonds propres à 310 millions d’euros. Présent dans l’ensemble des productions (...)
  • Sanders Ouest acquiert Nutripalm auprès d’Euralis

    Au 1er septembre, la société Sanders Ouest sera propriétaire de l’usine de fabrication d’aliments pour canards (75 000 tonnes produites) du groupe coopératif Euralis à Boussay, en Loire-Atlantique. Sanders, filiale du groupe Avril spécialisée en nutrition animale, annonce dans un communiqué l’accord portant sur la cession de la société Nutripalm, dont l’unique site de production est à Boussay. Contactés, ses services n’en révèlent pas le montant. (...)
  • Le groupe d’aucy confirme son redressement

    Coopérative polyvalente fortement spécialisée dans le légume-industrie, le groupe d’aucy (22) a confirmé en 2015 son redressement après avoir restructuré son activité les trois années précédentes par abandon de sa branche porc (Gad). La baisse de son chiffre d’affaires de 250 millions à 1,316 milliard d’euros correspond à son retrait stratégique de son activité industrielle déficitaire. A périmètre constant, il est quasi stable (- 14 Me), et ce en dépit du (...)
  • La bourse de Chicago va coter le blé européen

    Des contrats à terme sur le blé européen, cotés en euro, s’ouvriront le 12 septembre à la bourse de Chicago, annonce l’opérateur boursier CME Group du CBOT (Chicago board of trade). Seuls des blés américains sont cotés à ce jour à Chicago. Le blé européen sera intermédiaire entre blé meunier et fourrager. Sa référence de livraison sera Rouen, premier port européen exportateur de blé. D’autres points de livraison seront référencés en France par le CBOT. Ces (...)
 

France & Union Européenne

Vendredi 24 juin 2016

Le Brexit a été voté, et maintenant ?

Les britanniques ont voté hier à 51,9% en faveur d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Les résultats montrent un pays divisé avec Londres, l’Ecosse et l’Irlande du Nord qui voulaient rester, tandis que le (...)

Vendredi 24 juin 2016

Porc : un prix 2015 inférieur de 15,4 % au prix 2013

Les éleveurs de porcs français ont continué de boire la tasse en 2015 avec un prix de référence du Marché du Porc Breton (MPB) de 1,268 euro en prix de base, inférieur de 6,7 % à la référence de 2014 et de 15,4 % à celle de 2013, ont (...)

Vendredi 24 juin 2016

Plan protéines : un premier bilan en France

Le comité de suivi du plan protéines végétales 2014-2020, ayant pour ambition de réduire la dépendance protéique de la France et renforcer la compétitivité des cultures de légumineuses, s’est réuni le 22 juin 2016 pour faire un (...)

Vendredi 24 juin 2016

Elevage : 10 000 demandes pour l'aide à l'investissement

Les éleveurs ont été 10 000 à demander à bénéficier d'une aide à l'investissement, dans le cadre du plan de soutien à l'élevage mis en place l'an dernier par le gouvernement. « Début juin 2016, 10 000 dossiers d'aide à (...)

International

Vendredi 24 juin 2016

Afrique du Sud : nouvelles conditions pour exporter des ovoproduits

Les autorités vétérinaires sud-africaine et française ont finalisé les négociations engagées en 2015 concernant les conditions sanitaires pour les exportations d’ovoproduits français vers l’Afrique du Sud, informe Business France. (...)

Jeudi 23 juin 2016

Le Brésil va importer des haricots, dont le prix a flambé

Le président par intérim du Brésil, Michel Temer, a autorisé mercredi la libération des importations de haricots, aliment de base des Brésiliens dont le prix a explosé en raison de gelées, suite à une campagne sur Twitter. Le prix de (...)


Mercredi 08 avril 2009

Le beaufort capitalise sur le tourisme montagnard


Le troisième fromage alpin en volume, qui possède le cahier des charges le plus contraignant des appellations laitières d’origine contrôlée, multiplie les efforts de conditionnement et de promotion pour accroître ses ventes en direct. Une fois rentrés en ville, les touristes en redemanderont.


Le beaufort vit sur un paradoxe : si les producteurs de lait de beaufort sont en tête pour la valorisation du lait en France, avec 0,50 à 0,60 euros le kilo collecté contre 0,30 en moyenne, ils disposent en revanche d’un revenu agricole parmi les plus bas de France et d’une production par élevage (à 40 000 kg par an) atteignant moins de la moitié de la moyenne nationale. La faute en est principalement aux coûts de production, plus élevés en montagne. Le système ne survit d’ailleurs que grâce aux subventions et à la pluriactivité (la moitié des exploitants exerce un autre emploi, en général dans le tourisme). 650 producteurs sur 470 exploitations avec 13 000 têtes fabriquent encore du beaufort en Savoie. Sept coopératives produisent les trois quarts du beaufort ; la filière comprend également près d’une trentaine de producteurs particuliers transformant uniquement le lait de leur troupeau, deux coopératives d’affinage, cinq groupements pastoraux qui continuent de fabriquer eux-mêmes leur fromage et deux acheteurs de lait (Entremont et le grossiste Guiguet).

Un cahier des charges contraignant

Le beaufort – appelé vachelin au Moyen-âge – est reconnaissable à son talon concave. Il pèse 4 500 tonnes par an (soit environ 115 000 meules), quatre fois moins que le reblochon, le premier symbolisant plutôt l’image de la Savoie, le second celle de la Haute-Savoie. Le décret d’appellation, qui remonte à 1968, limite la production aux vallées du Beaufortain, de la Tarentaise, de la Maurienne et une partie du val d’Arly. Parmi les règles de production, le lait doit provenir de vaches tarine ou abondance nourries uniquement de foin et d’herbe pâturée en ration de base. Le temps d’affinage est de 5 mois minimum. C’est le cahier des charges le plus contraignant des AOC laitières. Dans les années 60, on n’en produisait plus que 500 tonnes par an. La proportion de beaufort classé en A (zéro défaut) est passé de 40 % au début des années 80 à près de 90 % quinze ans plus tard.

Le pari de la filière intégrée

La tendance actuelle est à l’intégration totale de la filière, de la maîtrise de la production à la commercialisation du produit préemballé. La coopérative tarentaise, qui représente 15 % de la production totale, a entrepris pour son salut une complète restructuration. « L’objectif était de s’équiper pour aller jusqu’au conditionnement, au plus près du consommateur, et récupérer ainsi la plus-value, explique Georges Juglaret, vice-président de la coopérative laitière de Haute Tarentaise à Bourg-Saint-Maurice. « Lactalis achetant et conditionnant pour la grande distribution mais pas sur la zone, il s’agissait de profiter de l’opportunité pour jouer la carte de l’affinage car avant, c’était plutôt les grossistes qui conservaient le beaufort plusieurs mois pour l’affiner ». Un pari osé que cette gestion directe, alors que le reblochon a choisi d’intégrer depuis longtemps la pyramide industrielle. Les derniers investissements viennent donc d’être bouclés à la coopérative : 12 millions d’euros entre 1991 et 2008, principalement pour bénéficier d’un atelier de découpe complet et pour mieux conserver le fromage, en particulier le beaufort d’été (produit de juin à octobre et affiné 12 mois minimum). Aujourd’hui, la coopérative en vend plus d’un quart en direct dans ses cinq magasins, 5 % à la GMS locale, 35 % aux grossistes, autant aux crémiers, notamment sur Paris, Lille et Lyon. Le crémier achète plutôt par quart de meule (10 kg), revendant à 25-30 euros le kg, la GD ou le libre-service en sachet de 250 g autour de 18-20 euros et la coopérative à 14-15 euros sur place, selon l’affinage.

Des ventes directes en hausse

Les ventes en Rhône-Alpes représentent 35 % du gâteau « Beaufort » et les ventes directes se développent régulièrement. « Les coopératives totalisent désormais 36 magasins en stations, représentant 15 à 20% des ventes, explique Maxime Mathelin, chargé de la promotion au syndicat de défense. Non seulement les ventes sont en progression, mais avec un ticket moyen de plus en plus élevé. Les consommateurs sont de plus en plus demandeurs d’informations sur les produits régionaux ; c’est ce qu’ont constaté par exemple les moniteurs des écoles de ski dont nous sommes partenaires depuis cinq ans ». La promotion passe également par des partenariats avec les boulangeries pour afficher le beaufort sur les sacs à pain. Au total, le syndicat met sur la table un budget de 600 000 euros par an, dont la moitié dans la promotion locale.

Quant au beaufort d’alpage, petite niche haut de gamme représentant à peine 6 % de la production et soumise à un cahier des charges strict (un seul troupeau, un atelier à plus de 1 500 mètres d’altitude, pas de soutirage sous vide mais directement sur toile, deux fois par jour), il est surtout vendu en stations. À l’instar des supermarchés Casino de Val d’Isère, qui ne commercialisent que du beaufort d’alpage aux touristes. « Puisque les caves nous vendent le beaufort et le beaufort d’été au même prix qu’à leurs clients, nous avons préféré valoriser une qualité haut de gamme à 20-25 euros le kg, commente Hervé Le Darz, cogérant de l’enseigne. Le beaufort est d’ailleurs, avec la tomme, le fromage le plus vendu chez nous ».

Frédérique Hermine
Imprimer cet articleEnvoyer à un ami



Tendances du jour

L’accès aux tendances
est réservé aux abonnés.