Le beaufort capitalise sur le tourisme montagnard
  • Unicor veut renforcer la valorisation de ses productions

    Réuni ce jour en AG, Unicor a annoncé des résultats globalement positifs malgré un contexte économique difficile avec un chiffre d’affaires groupe de 327 Me, en hausse de 13 M. Une croissance essentiellement due aux productions animales et végétales et à la distribution. « Notre participation au redressement d’Arcadie a également impacté nos résultats (ndlr : le résultat net groupe s’affichant à 1,36 Me) », indique Yves Bioulac, DG du groupe. Dans le (...)
  • Jus de fruits : les fabricants pénalisés par la baisse de l’euro

    La baisse de l’euro ne fait pas que des heureux. Les fabricants de jus de fruit alertent dans un communiqué, qu’elle « a renchéri mécaniquement de 25% le coût de leurs matières premières achetées sur les marchés internationaux en seulement un an ». Une hausse, dans un contexte d’approvisionnement déjà tendu, suite notamment aux conditions climatiques « désastreuses en 2014 » dans certaines zones de productions, occasionnant « de mauvais (...)
  • Le Min de Châteaurenard veut améliorer ses cotations

    Pour le Min de Châteaurenard (Paca), une bonne commercialisation des fruits et légumes de la région Paca passe notamment par une amélioration du fonctionnement des cotations. Un rapport du CGAAER (Conseil général de l’alimentation de l’agriculture et des espaces ruraux) publié le 24 mars, consacré à la mise en valeur des produits du secteur des fruits et légumes de Provence, préconise que le Min ait un rôle plus actif dans l’organisation du bassin de production. (...)
  • UFC-Que Choisir demande des règles obligatoires dans les Ehpad

    Alors que la loi sur le vieillissement a occulté le sujet, l’association UFC-Que Choisir demande ce jour aux parlementaires d’instaurer, dans le cadre de la Loi de Santé, une obligation réglementaire sur la qualité nutritionnelle et les rythmes des repas servis dans les Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). « La dénutrition touche entre 450 000 et 700 000 personnes âgées en France. Entre 15 et 38% des résidents des Ehpad sont (...)
 

France & Union Européenne

Vendredi 27 mars 2015

Sucre : 1ère réunion du comité d’experts

En vue de l’expiration des quotas sucriers fin septembre 2017, Bruxelles a réuni hier pour la première fois le groupe d’experts. Plusieurs états membres ont demandé que soit discutée la possibilité d’aides couplées (...)

Vendredi 27 mars 2015

Fin des quotas laitiers : l’UE « vigilante »

La Commission européenne s’est engagée mercredi à « rester vigilante » face à de possibles « menaces » sur la filière laitière après l’abolition des quotas laitiers au 1er avril, mais a réaffirmé sa (...)

Vendredi 27 mars 2015

Baisse du résultat opérationnel de Bel

Dans un contexte économique toujours morose en Europe, et malgré les troubles observés sur certains marchés du Proche et Moyen-Orient, le groupe Bel a enregistré en 2014 une hausse de son chiffre d’affaires de 2,3% à 2,783 milliards (...)

Vendredi 27 mars 2015

Etiquetage nutritionnel : l’Ania dénonce une « provocation »

Marisol Touraine, ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, a annoncé hier dans un communiqué avoir installé un groupe de concertation sur l’information nutritionnelle « afin de préparer dès à présent (...)

International

Vendredi 27 mars 2015

Le Gabon se dote d’un plan national d’investissement agricole

Le Gabon dispose désormais de son plan d’investissement agricole grâce à l’accompagnement d’institutions régionales et internationales comme la CEEAC, le NEPAD, la FAO et la Banque mondiale. Baptisé Plan national (...)

Jeudi 26 mars 2015

Des chercheurs développent des haricots résistants à la chaleur

Le Centre international d’agriculture tropicale, basé à Cali (Colombie) teste actuellement de nouvelles espèces de haricots résistant à de très fortes chaleurs pour faire face au changement climatique. « Cette découverte pourrait (...)


Mercredi 08 avril 2009

Le beaufort capitalise sur le tourisme montagnard


Le troisième fromage alpin en volume, qui possède le cahier des charges le plus contraignant des appellations laitières d’origine contrôlée, multiplie les efforts de conditionnement et de promotion pour accroître ses ventes en direct. Une fois rentrés en ville, les touristes en redemanderont.


Le beaufort vit sur un paradoxe : si les producteurs de lait de beaufort sont en tête pour la valorisation du lait en France, avec 0,50 à 0,60 euros le kilo collecté contre 0,30 en moyenne, ils disposent en revanche d’un revenu agricole parmi les plus bas de France et d’une production par élevage (à 40 000 kg par an) atteignant moins de la moitié de la moyenne nationale. La faute en est principalement aux coûts de production, plus élevés en montagne. Le système ne survit d’ailleurs que grâce aux subventions et à la pluriactivité (la moitié des exploitants exerce un autre emploi, en général dans le tourisme). 650 producteurs sur 470 exploitations avec 13 000 têtes fabriquent encore du beaufort en Savoie. Sept coopératives produisent les trois quarts du beaufort ; la filière comprend également près d’une trentaine de producteurs particuliers transformant uniquement le lait de leur troupeau, deux coopératives d’affinage, cinq groupements pastoraux qui continuent de fabriquer eux-mêmes leur fromage et deux acheteurs de lait (Entremont et le grossiste Guiguet).

Un cahier des charges contraignant

Le beaufort – appelé vachelin au Moyen-âge – est reconnaissable à son talon concave. Il pèse 4 500 tonnes par an (soit environ 115 000 meules), quatre fois moins que le reblochon, le premier symbolisant plutôt l’image de la Savoie, le second celle de la Haute-Savoie. Le décret d’appellation, qui remonte à 1968, limite la production aux vallées du Beaufortain, de la Tarentaise, de la Maurienne et une partie du val d’Arly. Parmi les règles de production, le lait doit provenir de vaches tarine ou abondance nourries uniquement de foin et d’herbe pâturée en ration de base. Le temps d’affinage est de 5 mois minimum. C’est le cahier des charges le plus contraignant des AOC laitières. Dans les années 60, on n’en produisait plus que 500 tonnes par an. La proportion de beaufort classé en A (zéro défaut) est passé de 40 % au début des années 80 à près de 90 % quinze ans plus tard.

Le pari de la filière intégrée

La tendance actuelle est à l’intégration totale de la filière, de la maîtrise de la production à la commercialisation du produit préemballé. La coopérative tarentaise, qui représente 15 % de la production totale, a entrepris pour son salut une complète restructuration. « L’objectif était de s’équiper pour aller jusqu’au conditionnement, au plus près du consommateur, et récupérer ainsi la plus-value, explique Georges Juglaret, vice-président de la coopérative laitière de Haute Tarentaise à Bourg-Saint-Maurice. « Lactalis achetant et conditionnant pour la grande distribution mais pas sur la zone, il s’agissait de profiter de l’opportunité pour jouer la carte de l’affinage car avant, c’était plutôt les grossistes qui conservaient le beaufort plusieurs mois pour l’affiner ». Un pari osé que cette gestion directe, alors que le reblochon a choisi d’intégrer depuis longtemps la pyramide industrielle. Les derniers investissements viennent donc d’être bouclés à la coopérative : 12 millions d’euros entre 1991 et 2008, principalement pour bénéficier d’un atelier de découpe complet et pour mieux conserver le fromage, en particulier le beaufort d’été (produit de juin à octobre et affiné 12 mois minimum). Aujourd’hui, la coopérative en vend plus d’un quart en direct dans ses cinq magasins, 5 % à la GMS locale, 35 % aux grossistes, autant aux crémiers, notamment sur Paris, Lille et Lyon. Le crémier achète plutôt par quart de meule (10 kg), revendant à 25-30 euros le kg, la GD ou le libre-service en sachet de 250 g autour de 18-20 euros et la coopérative à 14-15 euros sur place, selon l’affinage.

Des ventes directes en hausse

Les ventes en Rhône-Alpes représentent 35 % du gâteau « Beaufort » et les ventes directes se développent régulièrement. « Les coopératives totalisent désormais 36 magasins en stations, représentant 15 à 20% des ventes, explique Maxime Mathelin, chargé de la promotion au syndicat de défense. Non seulement les ventes sont en progression, mais avec un ticket moyen de plus en plus élevé. Les consommateurs sont de plus en plus demandeurs d’informations sur les produits régionaux ; c’est ce qu’ont constaté par exemple les moniteurs des écoles de ski dont nous sommes partenaires depuis cinq ans ». La promotion passe également par des partenariats avec les boulangeries pour afficher le beaufort sur les sacs à pain. Au total, le syndicat met sur la table un budget de 600 000 euros par an, dont la moitié dans la promotion locale.

Quant au beaufort d’alpage, petite niche haut de gamme représentant à peine 6 % de la production et soumise à un cahier des charges strict (un seul troupeau, un atelier à plus de 1 500 mètres d’altitude, pas de soutirage sous vide mais directement sur toile, deux fois par jour), il est surtout vendu en stations. À l’instar des supermarchés Casino de Val d’Isère, qui ne commercialisent que du beaufort d’alpage aux touristes. « Puisque les caves nous vendent le beaufort et le beaufort d’été au même prix qu’à leurs clients, nous avons préféré valoriser une qualité haut de gamme à 20-25 euros le kg, commente Hervé Le Darz, cogérant de l’enseigne. Le beaufort est d’ailleurs, avec la tomme, le fromage le plus vendu chez nous ».

Frédérique Hermine
Imprimer cet articleEnvoyer à un ami



Cours & Cotations
Pour obtenir les cours du jour, cliquez ci-dessous.
Mes favoris Toutes les cotations
Tendances du jour

L’accès aux tendances
est réservé aux abonnés.