Identification Abonnement
Le beaufort capitalise sur le tourisme montagnard
  • La filière alimentaire alerte sur des risques de ruptures

    Stéphane Le Foll indique ce matin dans un communiqué avoir obtenu une dérogation permettant, compte tenu des difficultés d’approvisionnement, d’utiliser le fioul domestique pour l’approvisionnement de leurs tracteurs. Cette décision d’application immédiate est entrée en vigueur jusqu’au lundi 30 mai 2016 à minuit. La FNSEA avait demandé mercredi que les agriculteurs puissent s’approvisionner prioritairement en carburant afin de préserver leur (...)
  • Le bio se développe en restauration collective

    En 2015, le marché des produits biologiques a progressé de 14,7% pour atteindre un chiffre d’affaires total de 5,76 milliards d’euros, selon les derniers chiffres de l’Agence Bio publiés hier. La restauration collective a participé à cette dynamique avec des achats en hausse de 18% à 225 millions d’euros HT (hors pain). Les cantines scolaires sont les plus concernées par cette évolution. 75% des établissements proposent des produits biologiques. Cette part est à (...)
  • Marchés : partis pour plusieurs années d’abondance

    Le pétrole, le fer ou la poudre de lait pas chers ; cela pourrait durer plusieurs années selon les experts qui ont rédigé le rapport Cyclope 2016. La déprime des cours mondiaux des matières premières, en baisse de 40% en 2015 après la « crise de 2006/2014 », affectant les pays producteurs, marque cette 30e édition et lui confère son titre : « A la recherche des sommets perdus ». Cette déprime pourrait être « assez longue » en raison de (...)
  • Ania : les priorités du nouveau mandat de Jean-Philippe Girard

    Réélu la semaine dernière pour un mandat de trois ans à la présidence de l’Ania, Jean-Philippe Girard a présenté ce matin ses nouvelles priorités pour 2016-2018. « Un seul credo, la qualité pour tous, on va mettre le consommateur au cœur de notre attention », a-t-il déclaré. Le 20 juillet, il proposera au conseil d’administration le nom de 9 vice-présidents en charge de 9 enjeux dont alimentation, santé et information du consommateur. Catherine Petitjean (...)
 

France & Union Européenne

Vendredi 27 mai 2016

Le bœuf français prépare sa rentrée

Au Salon des maires et des collectivités locales (du 31 mai au 2 juin) à Paris-Porte de Versailles, l’interprofession Interbev des filières bovine et ovine fera la promotion d’une nouvelle animation pour faire découvrir (...)

Vendredi 27 mai 2016

Système U s’engage à revaloriser les races à viande

Système U a annoncé hier s’être engagé envers la Fédération nationale bovine (FNB) à compter de juin « à revaloriser la rémunération des producteurs de viande bovine ». « Conscients des difficultés persistantes de (...)

Vendredi 27 mai 2016

Elior réalise désormais plus de la moitié de ses ventes à l’international

Elior a stabilisé ses bénéfices au premier semestre, malgré un chiffre d’affaires en baisse en France, et confirmé ses objectifs pour son exercice décalé 2015-2016. Le groupe a réalisé au premier semestre un résultat net part du (...)

Vendredi 27 mai 2016

Aides Pac : le solde versé aux éleveurs bovins dès ce jour

Le solde des aides couplées de la Pac 2015 en faveur des élevages bovins viande et bovins laitiers sera versé sur le compte des agriculteurs à partir de ce 27 mai, informe le ministère de l’agriculture. Soit une enveloppe totale de 210 (...)

International

Vendredi 27 mai 2016

Vers le 2e plus gros volume de céréales de tous les temps, selon le CIC

Le Conseil international des céréales, dans son rapport publié hier, a porté à 2 005 millions de tonnes sa projection de production de blé et de céréales secondaires pour la prochaine campagne. Ce serait le 2e chiffre le plus élevé après (...)

Vendredi 27 mai 2016

Le Brésil reconnu libre de peste porcine

L’Office international des épizooties (OIE) a reconnu le Brésil comme libre de peste porcine classique, rapporte l’Ifip citant le ministère de l’agriculture brésilien. Cette décision concerne quatorze états et le district (...)


Mercredi 08 avril 2009

Le beaufort capitalise sur le tourisme montagnard


Le troisième fromage alpin en volume, qui possède le cahier des charges le plus contraignant des appellations laitières d’origine contrôlée, multiplie les efforts de conditionnement et de promotion pour accroître ses ventes en direct. Une fois rentrés en ville, les touristes en redemanderont.


Le beaufort vit sur un paradoxe : si les producteurs de lait de beaufort sont en tête pour la valorisation du lait en France, avec 0,50 à 0,60 euros le kilo collecté contre 0,30 en moyenne, ils disposent en revanche d’un revenu agricole parmi les plus bas de France et d’une production par élevage (à 40 000 kg par an) atteignant moins de la moitié de la moyenne nationale. La faute en est principalement aux coûts de production, plus élevés en montagne. Le système ne survit d’ailleurs que grâce aux subventions et à la pluriactivité (la moitié des exploitants exerce un autre emploi, en général dans le tourisme). 650 producteurs sur 470 exploitations avec 13 000 têtes fabriquent encore du beaufort en Savoie. Sept coopératives produisent les trois quarts du beaufort ; la filière comprend également près d’une trentaine de producteurs particuliers transformant uniquement le lait de leur troupeau, deux coopératives d’affinage, cinq groupements pastoraux qui continuent de fabriquer eux-mêmes leur fromage et deux acheteurs de lait (Entremont et le grossiste Guiguet).

Un cahier des charges contraignant

Le beaufort – appelé vachelin au Moyen-âge – est reconnaissable à son talon concave. Il pèse 4 500 tonnes par an (soit environ 115 000 meules), quatre fois moins que le reblochon, le premier symbolisant plutôt l’image de la Savoie, le second celle de la Haute-Savoie. Le décret d’appellation, qui remonte à 1968, limite la production aux vallées du Beaufortain, de la Tarentaise, de la Maurienne et une partie du val d’Arly. Parmi les règles de production, le lait doit provenir de vaches tarine ou abondance nourries uniquement de foin et d’herbe pâturée en ration de base. Le temps d’affinage est de 5 mois minimum. C’est le cahier des charges le plus contraignant des AOC laitières. Dans les années 60, on n’en produisait plus que 500 tonnes par an. La proportion de beaufort classé en A (zéro défaut) est passé de 40 % au début des années 80 à près de 90 % quinze ans plus tard.

Le pari de la filière intégrée

La tendance actuelle est à l’intégration totale de la filière, de la maîtrise de la production à la commercialisation du produit préemballé. La coopérative tarentaise, qui représente 15 % de la production totale, a entrepris pour son salut une complète restructuration. « L’objectif était de s’équiper pour aller jusqu’au conditionnement, au plus près du consommateur, et récupérer ainsi la plus-value, explique Georges Juglaret, vice-président de la coopérative laitière de Haute Tarentaise à Bourg-Saint-Maurice. « Lactalis achetant et conditionnant pour la grande distribution mais pas sur la zone, il s’agissait de profiter de l’opportunité pour jouer la carte de l’affinage car avant, c’était plutôt les grossistes qui conservaient le beaufort plusieurs mois pour l’affiner ». Un pari osé que cette gestion directe, alors que le reblochon a choisi d’intégrer depuis longtemps la pyramide industrielle. Les derniers investissements viennent donc d’être bouclés à la coopérative : 12 millions d’euros entre 1991 et 2008, principalement pour bénéficier d’un atelier de découpe complet et pour mieux conserver le fromage, en particulier le beaufort d’été (produit de juin à octobre et affiné 12 mois minimum). Aujourd’hui, la coopérative en vend plus d’un quart en direct dans ses cinq magasins, 5 % à la GMS locale, 35 % aux grossistes, autant aux crémiers, notamment sur Paris, Lille et Lyon. Le crémier achète plutôt par quart de meule (10 kg), revendant à 25-30 euros le kg, la GD ou le libre-service en sachet de 250 g autour de 18-20 euros et la coopérative à 14-15 euros sur place, selon l’affinage.

Des ventes directes en hausse

Les ventes en Rhône-Alpes représentent 35 % du gâteau « Beaufort » et les ventes directes se développent régulièrement. « Les coopératives totalisent désormais 36 magasins en stations, représentant 15 à 20% des ventes, explique Maxime Mathelin, chargé de la promotion au syndicat de défense. Non seulement les ventes sont en progression, mais avec un ticket moyen de plus en plus élevé. Les consommateurs sont de plus en plus demandeurs d’informations sur les produits régionaux ; c’est ce qu’ont constaté par exemple les moniteurs des écoles de ski dont nous sommes partenaires depuis cinq ans ». La promotion passe également par des partenariats avec les boulangeries pour afficher le beaufort sur les sacs à pain. Au total, le syndicat met sur la table un budget de 600 000 euros par an, dont la moitié dans la promotion locale.

Quant au beaufort d’alpage, petite niche haut de gamme représentant à peine 6 % de la production et soumise à un cahier des charges strict (un seul troupeau, un atelier à plus de 1 500 mètres d’altitude, pas de soutirage sous vide mais directement sur toile, deux fois par jour), il est surtout vendu en stations. À l’instar des supermarchés Casino de Val d’Isère, qui ne commercialisent que du beaufort d’alpage aux touristes. « Puisque les caves nous vendent le beaufort et le beaufort d’été au même prix qu’à leurs clients, nous avons préféré valoriser une qualité haut de gamme à 20-25 euros le kg, commente Hervé Le Darz, cogérant de l’enseigne. Le beaufort est d’ailleurs, avec la tomme, le fromage le plus vendu chez nous ».

Frédérique Hermine
Imprimer cet articleEnvoyer à un ami



Tendances du jour

L’accès aux tendances
est réservé aux abonnés.