Le beaufort capitalise sur le tourisme montagnard
  • Le groupe Buton reprend Réauté Chocolat

    Le tribunal de commerce de Laval a validé le 1er juillet le plan de cession du mayennais Réauté Chocolat à la société familiale Buton, spécialiste de la pâtisserie et de la biscuiterie disposant de neuf sites de production sur le grand ouest. La reprise porte sur les deux sociétés de Réauté Chocolat, la SARL Roland Réauté (production, 18,6 M€ de chiffre d’affaires, 92 salariés) et la SARL du Pin (distribution, 10,8 M€ de CA, 73 salariés). En difficultés, Réauté (...)
  • La filière laitière française se projette en 2030

    Lait high tech et démondialisation, spirale concurrentielle, filière laitière conquérante et régulée ou défi de la régression, voici les quatre scénarios pour la filière française à horizon 2030 présentés hier lors du conseil spécialisé lait de FranceAgriMer. Un groupe de 22 experts a travaillé durant deux ans sur le sujet, élaboré quelque 500 hypothèses pour n’en retenir que 82 et aboutir à ces quatre scénarios. Dans le premier, la crise économique atteint son (...)
  • 470 000 emplois indirects dépendent de l’élevage

    Hier au siège de l’Inra, ont été présentés les emplois engendrés par l’élevage décomptés par le groupement d’intérêt scientifique (Gis) Elevage Demain. Autour des 415 000 actifs permanents (312 000 équivalents en temps plein) élevant des volailles, poules, ruminants et porcins, gravitent 470 000 personnes (391 000 ETP) en amont ou en aval de ces élevages. Le ratio des emplois non agricoles sur emplois agricoles est donc légèrement supérieur à 1 (...)
  • Etiquetage nutritionnel : le CNA appelle à la vigilance

    Après l’Anses, le Conseil national de l’alimentation (CNA) « appelle l’attention sur la complexité des questions à étudier avant de choisir un éventuel système d’information nutritionnelle graphique ou symbolique », dans une note de questionnement. Ne constituant pas un avis formel du CNA, cette note a été adoptée le 11 juin par l’instance consultative indépendante qui se dit prête à travailler davantage sur le sujet. Dans le contexte de la (...)
 

France & Union Européenne

Vendredi 03 juillet 2015

Ferme des 1000 vaches, mise en demeure

Les exploitants de la ferme picarde dite des 1 000 vaches ont été mis en demeure vendredi de réduire leur cheptel. La préfète de Picardie Nicole Klein a signé mercredi « l’arrêté qui met en demeure l’exploitant de mettre en (...)

Vendredi 03 juillet 2015

« Nuit de l’élevage en détresse »: les agriculteurs haussent le ton

Plusieurs milliers d’agriculteurs, éleveurs et producteurs de lait, ont manifesté jeudi dans toute la France, principalement dans l’Ouest, pour dire leur « ras-le-bol » face à l’absence de remontée des prix de leur (...)

Vendredi 03 juillet 2015

Le Foll annonce la mise en place d’un fonds de garantie agricole

À l’issue d’une réunion consacrée à l’investissement dans l’agriculture et l’agroalimentaire, Stéphane Le Foll a annoncé dans  un communiqué du 2 juillet la mise en place prochaine d’un fonds de (...)

Vendredi 03 juillet 2015

Viande contaminée : prison avec sursis pour un directeur de Cooperl

Le directeur de la branche industrie viandes du groupe Cooperl Arc Atlantique a été condamné le 2 juillet à Saint-Brieuc à 24 mois de prison avec sursis dans une affaire de fraude avec de la viande contaminée aux salmonelles. Jean-Michel (...)

International

Vendredi 03 juillet 2015

Les multinationales en difficulté face aux acteurs de moindre envergure

Selon une étude du cabinet de conseil en stratégie OC&C publié le 2 juillet, Les temps sont durs pour les plus gros fabricants de produits de grande consommation, les « Goliath », qui ont vu leur croissance fondre en 2014 sur leurs (...)

Vendredi 03 juillet 2015

Beurre : le Japon devrait importer massivement

L’interprofession laitière japonaise prévoit que de nouvelles importations exceptionnelles de beurre vont être nécessaires au cours de cette saison, rapport le service produits et filières alimentaires d’Ubifrance. Alors que la (...)


Mercredi 08 avril 2009

Le beaufort capitalise sur le tourisme montagnard


Le troisième fromage alpin en volume, qui possède le cahier des charges le plus contraignant des appellations laitières d’origine contrôlée, multiplie les efforts de conditionnement et de promotion pour accroître ses ventes en direct. Une fois rentrés en ville, les touristes en redemanderont.


Le beaufort vit sur un paradoxe : si les producteurs de lait de beaufort sont en tête pour la valorisation du lait en France, avec 0,50 à 0,60 euros le kilo collecté contre 0,30 en moyenne, ils disposent en revanche d’un revenu agricole parmi les plus bas de France et d’une production par élevage (à 40 000 kg par an) atteignant moins de la moitié de la moyenne nationale. La faute en est principalement aux coûts de production, plus élevés en montagne. Le système ne survit d’ailleurs que grâce aux subventions et à la pluriactivité (la moitié des exploitants exerce un autre emploi, en général dans le tourisme). 650 producteurs sur 470 exploitations avec 13 000 têtes fabriquent encore du beaufort en Savoie. Sept coopératives produisent les trois quarts du beaufort ; la filière comprend également près d’une trentaine de producteurs particuliers transformant uniquement le lait de leur troupeau, deux coopératives d’affinage, cinq groupements pastoraux qui continuent de fabriquer eux-mêmes leur fromage et deux acheteurs de lait (Entremont et le grossiste Guiguet).

Un cahier des charges contraignant

Le beaufort – appelé vachelin au Moyen-âge – est reconnaissable à son talon concave. Il pèse 4 500 tonnes par an (soit environ 115 000 meules), quatre fois moins que le reblochon, le premier symbolisant plutôt l’image de la Savoie, le second celle de la Haute-Savoie. Le décret d’appellation, qui remonte à 1968, limite la production aux vallées du Beaufortain, de la Tarentaise, de la Maurienne et une partie du val d’Arly. Parmi les règles de production, le lait doit provenir de vaches tarine ou abondance nourries uniquement de foin et d’herbe pâturée en ration de base. Le temps d’affinage est de 5 mois minimum. C’est le cahier des charges le plus contraignant des AOC laitières. Dans les années 60, on n’en produisait plus que 500 tonnes par an. La proportion de beaufort classé en A (zéro défaut) est passé de 40 % au début des années 80 à près de 90 % quinze ans plus tard.

Le pari de la filière intégrée

La tendance actuelle est à l’intégration totale de la filière, de la maîtrise de la production à la commercialisation du produit préemballé. La coopérative tarentaise, qui représente 15 % de la production totale, a entrepris pour son salut une complète restructuration. « L’objectif était de s’équiper pour aller jusqu’au conditionnement, au plus près du consommateur, et récupérer ainsi la plus-value, explique Georges Juglaret, vice-président de la coopérative laitière de Haute Tarentaise à Bourg-Saint-Maurice. « Lactalis achetant et conditionnant pour la grande distribution mais pas sur la zone, il s’agissait de profiter de l’opportunité pour jouer la carte de l’affinage car avant, c’était plutôt les grossistes qui conservaient le beaufort plusieurs mois pour l’affiner ». Un pari osé que cette gestion directe, alors que le reblochon a choisi d’intégrer depuis longtemps la pyramide industrielle. Les derniers investissements viennent donc d’être bouclés à la coopérative : 12 millions d’euros entre 1991 et 2008, principalement pour bénéficier d’un atelier de découpe complet et pour mieux conserver le fromage, en particulier le beaufort d’été (produit de juin à octobre et affiné 12 mois minimum). Aujourd’hui, la coopérative en vend plus d’un quart en direct dans ses cinq magasins, 5 % à la GMS locale, 35 % aux grossistes, autant aux crémiers, notamment sur Paris, Lille et Lyon. Le crémier achète plutôt par quart de meule (10 kg), revendant à 25-30 euros le kg, la GD ou le libre-service en sachet de 250 g autour de 18-20 euros et la coopérative à 14-15 euros sur place, selon l’affinage.

Des ventes directes en hausse

Les ventes en Rhône-Alpes représentent 35 % du gâteau « Beaufort » et les ventes directes se développent régulièrement. « Les coopératives totalisent désormais 36 magasins en stations, représentant 15 à 20% des ventes, explique Maxime Mathelin, chargé de la promotion au syndicat de défense. Non seulement les ventes sont en progression, mais avec un ticket moyen de plus en plus élevé. Les consommateurs sont de plus en plus demandeurs d’informations sur les produits régionaux ; c’est ce qu’ont constaté par exemple les moniteurs des écoles de ski dont nous sommes partenaires depuis cinq ans ». La promotion passe également par des partenariats avec les boulangeries pour afficher le beaufort sur les sacs à pain. Au total, le syndicat met sur la table un budget de 600 000 euros par an, dont la moitié dans la promotion locale.

Quant au beaufort d’alpage, petite niche haut de gamme représentant à peine 6 % de la production et soumise à un cahier des charges strict (un seul troupeau, un atelier à plus de 1 500 mètres d’altitude, pas de soutirage sous vide mais directement sur toile, deux fois par jour), il est surtout vendu en stations. À l’instar des supermarchés Casino de Val d’Isère, qui ne commercialisent que du beaufort d’alpage aux touristes. « Puisque les caves nous vendent le beaufort et le beaufort d’été au même prix qu’à leurs clients, nous avons préféré valoriser une qualité haut de gamme à 20-25 euros le kg, commente Hervé Le Darz, cogérant de l’enseigne. Le beaufort est d’ailleurs, avec la tomme, le fromage le plus vendu chez nous ».

Frédérique Hermine
Imprimer cet articleEnvoyer à un ami



Tendances du jour

L’accès aux tendances
est réservé aux abonnés.